lundi 18 mai 2015

Un tampon comme une oeuvre d'art

Il y a quelques temps de cela, Caroline, fondatrice du Vide-Atelier des Créatives, et Amie, m'a demandé de lui graver un ex-libris selon un visuel qu'elle me communiquait.

Je me suis donc lancée dans la gravure à la main d'un dessin rempli de détails.

Pour ce faire, il me fallait transposer les motifs sur mon support à graver puis commencer l'évidage des zones inutiles.


                                           
                                          
Je commence (presque) toujours par les zones les plus complexes à graver mais dans un tampon tel que celui-ci, tous les motifs ont une difficulté particulière.
  
  


Une fois le plus gros travail d'évidage réalisé, ce moment où l'on estime avoir ôté le maximum, je passe à l'étape de la première impression.

Excitation et inquiétude sont au rendez-vous de cette étape parce qu'elle permet de dévoiler les détails à peaufiner mais aussi, parfois, les grosses erreurs définitives...




Pour ce tampon, l'encrage et l'impression numéro 1 n'ont révélé que d'infimes détails à parfaire (ouf !). J'ai donc repris mes outils afin d'affiner une feuille, enlever un morceau de gomme disgracieux et pour enjoliver les "vides" de minuscules entailles décoratives.

Vient ensuite le moment où le tampon rencontre son support de bois et devient bel objet.


                                        

Ce tampon, que j'ai eu grand plaisir à graver et à voir se révéler sous mes doigts aura nécessité 5h30 de travail (sans compter le temps de montage et de séchage sur le socle de bois).


  

Et pour mon plus grand bonheur, il a fait l'objet d'une mise en lumière particulière puisqu'il est passé à la télé !!

Si vous souhaitez visionner la chronique de Caroline sur TV Vendée, c'est par ici (avancez à 7 min 55 puis à 20 min 25 environ).

Et pour en savoir plus sur ma façon de graver des tampons à la main, je vous invite à me lire sur le blog du Vide-Atelier des Créatives.

***

Je remercie tout spécialement Caroline pour ses encouragements, ses propos dans la chronique et sa confiance.