vendredi 6 mars 2015

Un tampon pour une couturière

Lorsque la créatrice de Une aiguille m'a piqué le doigt m'a contactée pour la réalisation de son tampon, elle m'a soumis deux dessins : l'un en couleur, reprenant tous les détails, et l'autre en noir et blanc, avec seulement les contours du dessin et certains détails indispensables.

J'avais "carte blanche" pour les pleins et les vides. Parce qu'il est difficile pour quelqu'un n'y connaissant pas grand chose en tampon/impression de réaliser ce que sera le rendu "dans l'absolu". Parce qu'il m'est aussi plus facile de savoir ce qu'il adviendra du motif si je creuse là plutôt qu'ici...

Il n'en demeure pas moins que c'est pour moi un honneur et une grande responsabilité (en tous cas c'est l'idée que je m'en fais) que d'avoir un dessin à transformer en tampon en ayant "carte blanche" !


Outre la complexité de la mention écrite (petite...très petite...ne parlons même pas du "r" signifiant "marque déposée" ! Mais bon, ça c'était "mon problème", j'avais accepté, en connaissance de cause !), il me fallait donc déterminer ce qui apparaîtrait à l'encrage/tamponnage et ce qui ne se verrait pas. 


Destiné à un usage sur papier comme sur tissu, j'ai donc réfléchi au meilleur équilibre des vides et des pleins, sans dénaturer le dessin.


Et parce que, pour ma part, l'envers est aussi important que l'endroit, je me suis permis de peaufiner les vides (ce n'est pas envisageable sur tous les tampons, mais je fais toujours au mieux).

***

Si, vous aussi, vous rêvez de votre tampon personnalisé, je vous invite à lire la rubrique "tampon".